Comment être témoin d’une intériorité et approcher ce qu’on éprouve ?

Comment être témoin d’une intériorité et approcher ce qu’on éprouve ?
Mon regard glisse sur le côté,
dans la périphérie,
comme pour contourner sans attirer l’attention,
en restant en rapport avec le sujet de manière non frontale,
dos à lui ou de trois-quart.

La représentation du pli,
du voilage,
constituent l’image de ce qui lie et ce qui sépare.
Ils figurent l’épaisseur entre les choses,
une zone de flottement
qui m’évoque ce qui est mis en réserve, protégé ou exposé.